Des solutions adaptées
à votre réalité

C’est savoir gérer l’improbable par un accompagnement durable basé sur des solutions complètes et efficaces.

Les dangers insoupçonnés du CELI

Le CELI a fait son apparition en 2009. Si vous êtes âgés de 18 ans ou plus, ce régime vous permet d’accumuler de l’épargne à l’abri de l’impôt et, ce dans le respect de vos limites de cotisations.

Les cotisations effectuées au CELI ne sont pas déductibles du revenu. En contrepartie, tous les revenus gagnés dans le compte (intérêts, dividendes, gains en capital) ne sont pas imposables, même lors d’un retrait.

Il est possible de remplacer un retrait au CELI dans la même année si vos droits de cotisation le permettent. Si votre régime est maximisé, les retraits seront ajoutés à vos droits de cotisation au 1er janvier de l’année suivante. En principe, les droits de cotisation au CELI ne se perdent jamais. Ce régime offre donc un potentiel incroyable à long terme. N’est-ce pas merveilleux comme abri fiscal?

Toutefois, qu’en est-il de l’investisseur qui choisit l’utilisation de son CELI pour faire l’acquisition de « penny stock » ou d’actions d’entreprises naissantes dans l’espoir ultime de voir son capital obtenir un rendement extraordinaire à l’abri de l’impôt?

Le plafond cumulatif du CELI s’établit à 81 500$ en 2022. Citons en exemple un investisseur qui maximise son CELI à la hauteur de 81 500$ en investissant dans une entreprise ou des actions très spéculatives. Un an plus tard, catastrophe, l’action ne vaut plus rien! Comme l’investissement s’est effectué dans un régime à l’abri de l’impôt, cet investisseur ne sera pas en mesure d’appliquer cette perte en capital à l’encontre de gains en capital (obtenus dans les 3 dernières années ou indéfiniment dans le futur). De plus, il aura perdu tous ses droits de cotisation accumulés au CELI. En effet, la valeur du CELI est maintenant nulle, il n’est donc plus possible d’y effectuer un retrait qui viendrait s’ajouter à ses droits de l’année suivante.

La situation pourrait également être aggravée pour un investisseur ayant par mégarde outrepasser ses droits de cotisation. Dans une situation de cotisations excédentaires au CELI, une pénalité de 1% par mois s’applique à la portion excédentaire tant et aussi longtemps qu’elle demeure au compte. Si on reprend notre exemple précédent, non seulement l’investisseur ne peut plus effectuer de retrait de son CELI pour régulariser ses droits de cotisation car les titres détenus ne valent plus rien mais il devra assumer la pénalité mensuelle jusqu’à ce qu’il accumule de nouveaux droits de cotisation. C’est une stratégie qui coûte cher!

Nos recommandations :

Même si les perspectives de rendement de certains titres peuvent paraître très alléchantes, les coups de circuits tant espérés ne se produisent que rarement. Le respect de votre profil d’investisseur ainsi qu’une diversification adéquate de vos actifs demeurent votre meilleure stratégie pour profiter du plein potentiel de votre CELI et favoriser ainsi l’atteinte de vos objectifs financiers.

Suivez vos droits de cotisations avec rigueur, peu de clients le font. Lorsque vous prenez des risques financiers en investissant dans des actions spéculatives ou « penny stock » dans un CELI, vous devez prendre tous ces éléments en compte.

Avez-vous des questions
sur votre situation financière?

Prendre un rendez-vous
Fièrement réalisé par bolean